Ethiopie

C’est avec un pincement au cœur que je passe la frontière du Soudan à l’Ethiopie. Depuis quelques jours je me prépare mentalement à entrer dans ce nouveau pays. En effet toutes les expériences que j’ai pu entendre de cyclo-voyageurs à propos de l’Ethiopie ne donnaient pas envie de la visiter. Jets de pierres, insultes, mendicités… Il ne me faudra pas beaucoup de temps pour vivre mes premières expériences désagréables.

Dès mon entrée je me sens mal à l’aise. Metema la ville frontière est un lieu de débauche remplie de bordels et de discothèques où l’alcool coule à flots, ce qui contrastent avec la pudeur de leur pays voisin.
Je vous conseille à chaque fois de vous renseigner sur les taux de change avant de passer dans un autre pays. Ici on n’échange pas son argent dans une banque. Des hommes sont là, des liasses de billets plein les poches à l’affût d’un touriste à arnaquer. Ils vous proposent toujours le « meilleur taux », mais ce qu’ils ne savent pas c’est qu’ils ont affaire à plus malin. Ma stratégie est la patiente, dans le prochain village j’arrive en discutant à trouver un meilleur compromis.

Je n’ai même pas fait 10 kilomètres que je peux déjà constater une énorme différence avec le Soudan. L’Ethiopie est plus pauvre, pas de voitures sur les routes mais des gens partout, oui partout ! Après le Nigéria, l’Ethiopie est le pays d’Afrique le plus dense et je vais en faire l’expérience.

B

Lire la suite

Soudan

Arrivé sur l’autre rive du lac Nasser, il me reste encore 35 kilomètres de désert pour rejoindre la frontière. Aux portes du poste Égyptien j’ai la mauvaise surprise de devoir payer une taxe de 13 $. Chaque dollar m’est précieux puisque de l’autre côté au Soudan je ne pourrais pas utiliser ma carte de crédit, qu’elle soit Visa ou MasterCard.

Ma seule envie est à présent d’obtenir mon tampon de sortie d’Égypte. Sous sa grosse moustache grisonnante, l’officier des douanes n’a pas l’air de cet avis, il me fait comprendre que mes papiers ne sont pas en règle et que je dois faire demi-tour. C’est a dire remonter le Nil jusqu’au Caire (± 1300 km), bifurquer à droite vers Suez (± 150 km), puis redescendre le Sinaï (± 400 km) pour obtenir un petit tampon sur mon passeport. Bien sur dans le lot je me refarcis une vingtaine d’escortes policières, des nuits en cellules, des insultes, des arnaques et une dépression !

Soudan

Lire la suite

Égypte

Après une Israël très occidentale nous voilà à présent bien au Moyen-Orient ! Les officiers de police Égyptiens tout en blanc nous accueillent avec un « Welcome to Egypt ! ». Ces trois mots qui nous colleront aux baskets jusqu’à notre sortie du pays.

Le paragraphe qui suit est surtout dédié aux éventuels voyageurs venant d’Israël et souhaitant entrer au Soudan en passant par l’Égypte.
En effet n’importe quelle trace d’un quelconque passage en Israël sur votre passeport éliminera directement vos chances d’entrer au Soudan. Il faut donc vous assurer dès le début d’obtenir votre tampon d’entrée Israélien sur une feuille volante. Le problème ensuite est que si vous entrez en Égypte par Taba (ville frontière), l’ambassade soudanaise en déduira que vous étiez en Israël.
Il existe alors deux solutions si vous écartez le passage en avion et que vous êtes européen. Une est onéreuse, l’autre moins mais plus risquée.
La première consiste à faire un crochet par la Jordanie et prendre un bateau pour traverser la pointe nord de la mer Rouge et arriver à Nueiba. Il faut donc payer le visa d’entrée en Jordanie et le bateau.
Cette option étant hors budget pour moi j’ai décidé de tenter quelque chose de plus risqué. Étant européen et Français j’ai la chance de pouvoir entrer sur le territoire égyptien à la seule présentation de ma carte d’identité. Au Sinaï il n’y a même pas besoin de visa si vous restez moins de quinze jours. J’obtiens après de longues discussions mon tampon d’entrée sur un papier à part. Heureusement je n’ai pas fait l’erreur de faire l’extension du visa sur place. Je prends le risque de le faire dans le sud de la péninsule à Sharm el-Sheikh. On verra comment ça se passera…

Egypte

Lire la suite

Israël / Palestine 2

En quittant Jérusalem nous nous dirigeons vers le check-point 300 pour entrer à Bethléem, ville Palestinienne. L’entrée est relativement facile.
Changement de décor dès l’arrivée. Les murs gris ont été colorés par des street-artistes qui ont utilisé des bombes (de peinture) afin de partager leurs idées.
Le trait d’humour de certains fait sourire, mon préféré est « Make hummus not walls ». L’artiste internationalement connu Banksy est passé par-là aussi, des guides proposent d’en faire le tour. Il y a même un musée dédié à ses œuvres. Que faut-il en penser ? Ce mur s’embellit d’une manière et se transforme en attraction touristique…

Israël 2

Lire la suite

Israël / Palestine 1

Avant de commencer l’article sur l’Israël et le territoire Palestinien je tiens à préciser une chose. Je vais vous faire le récit du voyage que j’ai vécu, vu et entendu. La situation est bien trop compliquée pour prendre position d’un côté ou de l’autre. De mon point de vue ce n’est pas comme ça que les conflits se régleront. Je me sens juste chanceux d’avoir pu partager des moments et parfois de longues conversations de chaque côté du mur.
Cet article se divisera en deux parties. L’idée de départ était de traverser le pays en une dizaine de jours, on y est resté plus d’un mois ! Tellement d’histoires et d’Histoires dans cette partie du globe qu’il aurait été dommage de zapper.

Revenons au récit !

Trente heures après notre départ de Chypre, nous pouvons apercevoir dans la nuit les premières lueurs des côtes Israéliennes. Dans la nuit, pendant deux longues heures, notre capitaine Oded est questionné par radio sur l’identité de chacun des passagers. Comment expliquer simplement qu’il y a deux membres en plus dans la crew-list de départ. Qui plus sont des voyageurs à vélo étrangers.
À 5h30 je me fais réveiller par les projecteurs surpuissants de la Israeli Navy. Ils font pendant vingt minutes le tour du bateau, la lumière braquée sur nous. Bienvenue !
Avant de rejoindre la marina d’Ashdod nous devons descendre plus au sud à Ashkelon pour effectuer les procédures de sécurité. Ce port est situé à seulement quinze kilomètres de Gaza…
Un comité d’accueil nous attendait. Des agents de sécurité fouillent de fond en comble le voilier. Delà suit un interrogatoire poussé pour moi et Marcelo. L’agent en charge des opérations est Argentin. Il parle naturellement l’espagnol pour Marcelo. En plus de l’hébreu et de l’anglais, il échange avec moi dans un excellent français. Je ne sais pas si la sympathie fait partie de leur technique d’investigation, mais chacun d’entre eux a le sourire et les choses se passent sans anicroche.
Bon par contre il faut être patient, nous devons chacun notre tour vider l’intégralité de nos sacoches. Jusqu’à déplier la tente et ouvrir nos paires de chaussettes ! Je ne sais pas si vous pouvez vous imaginer l’inconfort de la situation. Ce n’est pas seulement vider nos bagages mais notre petit monde à nous. Ça revient à déballer sa vie privée face à des inconnus…

Israël 1

Lire la suite

Chypre et bateau-stop

Toujours à Selifke (Turquie), nous avons encore une journée à patienter avant de prendre le bateau de nuit vers Chypre.

L’embarquement sera assez long. Une fois les contrôles passés nous sommes totalement laissés au dépourvu. Nous rentrons par la même entrée que les camions. Ensuite il faut trouver son chemin dans ce labyrinthe de couloirs et d’escaliers. On se perd et on est loin d’être les seuls. De la visite des machines aux cabines du personnel en passant par les cuisines.
Les connaisseurs se sont rendus directement dans la salle de réception climatisée qu’on trouve finalement bondée et bruyante. Impossible de rester là il faut trouver une autre solution. Dehors, hors de question, il fait beaucoup trop chaud pour l’instant et il fera trop froid au large.
Je trouve enfin l’endroit parfait. Il y a une petite salle cinéma avec des sièges confortables et la clim. Peut-être le seul endroit du ferry où le maître mot est « Silence ».
Nous arrivons au petit matin après une nuit plus confortable que je m’attendais. La suite l’est moins. Seuls deux officiers des douanes sont présents pour contrôler et tamponner les passeports de plusieurs centaines de passagers… La gruge est activité courante et j’aime autant vous dire que ça dure une plombe !

Chypre

Lire la suite

Turquie (2ème partie)

Quand les gens nous croisent sur le bord de la route, une question récurrente est de connaître notre direction. Depuis la France nous répondions que nous allions vers l’est, la Turquie. Maintenant qu’on y est nous répondons plein sud vers l’Afrique ! Attention, pas de précipitation, il y a encore quelques aventures avant d’y arriver.

Après avoir accompagnés Dilek à l’auto-gare, Thomas, Marcelo et moi partons tout droit dans les montagnes afin de rejoindre Ankara d’ici quelques jours. Il fait toujours aussi chaud mais l’altitude nous donne un peu de douceur. Nous nous réveillons tous les matins dans la fraîcheur et l’humidité. Alors dès qu’on a l’occasion nous essayons de trouver un abri, une cabane ou une maison en construction par exemple.
Des fontaines bordent les routes mais n’ont pas l’air toujours potable. Parfois l’eau qui en sort est de couleur douteuse. C’est bon signe si elle est marron ?

Turquie 2

Lire la suite

Turquie (1ère partie)

Comme nous l’avions fait entre l’Italie et la Croatie nous nous réveillerons cette fois-ci en Bulgarie, déjeunons en Grèce et bivouaquons en Turquie. Nous avions fait le choix de traverser la Bulgarie plutôt que la Grèce puisqu’il fallait faire le choix entre les deux mais surtout parce qu’on avait seulement la carte de la Bulgarie…

L’entrée en Turquie est marquée par deux couleurs. Le rouge turc accompagné de son croissant de lune qui se trouvent partout et le vert des militaires massivement présents à la frontière. On nous fait ouvrir les sacoches mais par chance nous n’avons pas à les vider.

Turquie 1

Lire la suite

La Bulgarie

Pour une fois le passage entre deux frontières n’est pas marqué directement. Les paysages et habitations changeront seulement au bout d’une centaine de kilomètres.
À Petriç nous retrouvons un petit bout de l’Europe occidentale : Lidl… Quand on rentre dans le magasin, à part quelques produits locaux, nous avons l’impression de se retrouver en France. Tout est agencé de la même manière.

Bulgarie

Lire la suite