Chypre et bateau-stop

Toujours à Selifke (Turquie), nous avons encore une journée à patienter avant de prendre le bateau de nuit vers Chypre.

L’embarquement sera assez long. Une fois les contrôles passés nous sommes totalement laissés au dépourvu. Nous rentrons par la même entrée que les camions. Ensuite il faut trouver son chemin dans ce labyrinthe de couloirs et d’escaliers. On se perd et on est loin d’être les seuls. De la visite des machines aux cabines du personnel en passant par les cuisines.
Les connaisseurs se sont rendus directement dans la salle de réception climatisée qu’on trouve finalement bondée et bruyante. Impossible de rester là il faut trouver une autre solution. Dehors, hors de question, il fait beaucoup trop chaud pour l’instant et il fera trop froid au large.
Je trouve enfin l’endroit parfait. Il y a une petite salle cinéma avec des sièges confortables et la clim. Peut-être le seul endroit du ferry où le maître mot est « Silence ».
Nous arrivons au petit matin après une nuit plus confortable que je m’attendais. La suite l’est moins. Seuls deux officiers des douanes sont présents pour contrôler et tamponner les passeports de plusieurs centaines de passagers… La gruge est activité courante et j’aime autant vous dire que ça dure une plombe !

Chypre

Lire la suite

Turquie (2ème partie)

Quand les gens nous croisent sur le bord de la route, une question récurrente est de connaître notre direction. Depuis la France nous répondions que nous allions vers l’est, la Turquie. Maintenant qu’on y est nous répondons plein sud vers l’Afrique ! Attention, pas de précipitation, il y a encore quelques aventures avant d’y arriver.

Après avoir accompagnés Dilek à l’auto-gare, Thomas, Marcelo et moi partons tout droit dans les montagnes afin de rejoindre Ankara d’ici quelques jours. Il fait toujours aussi chaud mais l’altitude nous donne un peu de douceur. Nous nous réveillons tous les matins dans la fraîcheur et l’humidité. Alors dès qu’on a l’occasion nous essayons de trouver un abri, une cabane ou une maison en construction par exemple.
Des fontaines bordent les routes mais n’ont pas l’air toujours potable. Parfois l’eau qui en sort est de couleur douteuse. C’est bon signe si elle est marron ?

Turquie 2

Lire la suite

Turquie (1ère partie)

Comme nous l’avions fait entre l’Italie et la Croatie nous nous réveillerons cette fois-ci en Bulgarie, déjeunons en Grèce et bivouaquons en Turquie. Nous avions fait le choix de traverser la Bulgarie plutôt que la Grèce puisqu’il fallait faire le choix entre les deux mais surtout parce qu’on avait seulement la carte de la Bulgarie…

L’entrée en Turquie est marquée par deux couleurs. Le rouge turc accompagné de son croissant de lune qui se trouvent partout et le vert des militaires massivement présents à la frontière. On nous fait ouvrir les sacoches mais par chance nous n’avons pas à les vider.

Turquie 1

Lire la suite

La Bulgarie

Pour une fois le passage entre deux frontières n’est pas marqué directement. Les paysages et habitations changeront seulement au bout d’une centaine de kilomètres.
À Petriç nous retrouvons un petit bout de l’Europe occidentale : Lidl… Quand on rentre dans le magasin, à part quelques produits locaux, nous avons l’impression de se retrouver en France. Tout est agencé de la même manière.

Bulgarie

Lire la suite

Les Balkans (2e partie)

Pour ne pas changer aux bonnes habitudes nous passons encore une frontière sous la pluie, aujourd’hui celle du Monténégro. On nous a promis un beau pays mais pour l’instant ce n’est qu’humidité et klaxonnes qu’on reçoit en pleine figure ! Au lieu de se forcer à avancer sans envie on décide de s’arrêter sous un abribus et prendre du recul sur la situation. Dans ces moments-là on aime bien observer l’agitation autour de nous. Les gens passent, nous sourient, nous saluent, parfois amorcent la discussion. Des employés municipaux nettoient les rues, une dame coure après son bus, un officier de police joue de son autorité, les voitures klaxonnent … La rue est un vrai spectacle ! Gonflés d’énergie nous reprenons la route. Vu que le temps ne va pas en s’améliorant quand nous voyons la possibilité d’éviter un détour de 45 km en prenant un ferry nous n’hésitons pas une seconde. Ainsi nous passons les bouches du Kotor en cinq minutes.

Balkans 2

Lire la suite

Les Balkans (1ère partie)

Pour quitter l’Italie et rentrer dans les Balkans nous avons le choix entre deux routes. La première est une nationale au dénivelé peu important recouvert d’un asphalte de bonne qualité. La deuxième est une petite route de montagne au bitume incertain mais sûrement plus tranquille. Pas de doute pour moi la seconde me semble la meilleure. Elle se révèle super-sympa, bien que vallonnée, c’est le type de petite route qu’on n’a quasiment pas eu depuis la France. En effet le nord de l’Italie est très urbanisé et le réseau routier très développé. Quel plaisir de pédaler en pleine nature au plein milieu des montagnes avec quasiment aucune voiture pour nous gêner !
En plus de ça ce jour est assez spécial puisqu’en 24h nous avons été dans 3 pays différents. Le petit déjeuner en Italie, le midi en Slovénie, le repas en Croatie. Tout ça en à peine 50 km.
Nous passons la première nuit en Croatie en pleine nature, dans un silence brisé seulement par le bruit de fond des animaux.

Balkans 1

Lire la suite

Suisse – Italie

Mon idée de base était de traverser la Suisse d’ouest en est par la chaîne des Alpes comme me l’avait indiqué Olivier un Suisse parti l’année dernière pour un tour d’Afrique. Mais pas de chance nous nous y trouvons trop tôt dans l’année et la neige tapisse encore les hauts cols Alpins.
Cette première frontière passée me fait prendre conscience que si tout se passe bien je ne reverrais pas la France avant quelques années. Un mélange de peur et d’excitation !

Malheureusement la frontière ne bloque pas la pluie qu’on avait sur l’autre versant. On décide alors de trouver un toit pour mettre nos tentes à l’abri et trouvons l’endroit idéal. Le camping de Trient n’étant toujours pas ouvert nous permet de passer la nuit au sec sous une immense structure où on pourra même faire notre cuisine au feu de bois.
Le lendemain nous partons, toujours dans l’humidité, afin d’attaquer directement le col du Forclaz à 1527 mètres d’altitude. Arrivés au sommet nous pouvons apprécier le paysage de la vallée du Rhône avec une vue plongeante sur Martigny qui se trouve à 14 km en contrebas !

Suisse-Italie

Lire la suite

France (2ème partie)

Quand certains prétendent se perdent dans la Creuse, moi au contraire je m’y suis retrouvé. Voilà plus d’une semaine qu’on est parti et je commence enfin à récupérer un bon rythme, mon rythme. Les jours précédents étaient difficiles mentalement suite au départ et physiquement puisqu’il fallait remettre la machine en marche.
Sortis de ces ennuyantes plaines agricoles nous arrivons enfin dans le décor vallonné de la Creuse.
En plus de ça, Brendan (le fils d’une collègue à ma mère) que je ne connais mais que remercie à travers ces lignes, nous a donné un contact dans une ferme à Chard. Le relief ne permet pas un accès reposant mais les paysages en valent la peine.
Personne ne nous attend, mais nous avons un nom, un certain « Pierre » à aller voir.
Arrivés sur place, après une longue et dure journée, nous apercevons un groupe discuter au bord d’un plan d’eau. Ils ont l’air étonné de voir deux voyageurs à vélo arrivés. Nous disons que nous venons voir Pierre. Ils rigolent puisque pour une fois il n’est pas là, mais nous expliquons la situation et nous voilà très vite les bienvenus.
Le lieu est magnifique, un barrage a été construit il y a au moins deux siècles afin d’alimenter une scierie via un moulin.
Il y a quelques années trois frères et sœurs ont décidé de s’unir autour d’un projet commun et d’acheter ce lieu afin de réaliser leur rêve et au long terme de le partager pour en faire un habitat groupé.
Petit à petit le lieu prend forme, des habitations se construisent, des parcelles sont labourées et des animaux paissent tranquillement. On y voit ici un grand potentiel de vie autonome et alternative.

France 2.jpg Lire la suite