Botswana

Une fois avoir fini la traversée à vélo du continent Africain, j’avais la sensation de rester sur ma faim. L’impression qu’il me manquait quelque chose avant de lui dire au revoir et de partir explorer un nouveau coin du monde.
Quand on pense “Afrique”, on pense en général aux animaux sauvages. À part quelques rencontres d’autruches, d’éléphants, de girafes… je n’ai pas eu l’occasion de me trouver face à face avec les plus grands félins. Vous allez me dire heureusement puisque je voyage sur un vélo !
Je n’ai pas envie de payer une journée safari dans un parc où les animaux vivent dans un périmètre clôturé comme dans un zoo. Je n’ai pas non plus les moyens de me financer une expédition de plusieurs jours dans une réserve.
J’ai trouvé une solution après quelques recherches et dans un podcast sur le site de Michael (Traverser la Frontière). Différentes compagnies recherchent des interprètes pour traduire les guides parlant anglais. En général les langues recherchées sont le français ou l’allemand.
J’envoie quelques mails à différentes compagnies et je suis contacté par Bush Ways au Botswana. Après quelques questions du genre « Avez-vous déjà campé ? », « Avez-vous déjà vécu hors du confort quotidien sans pouvoir laver vos vêtements pendant plusieurs jours ? » et d’autres un peu plus classiques. Vous l’aurez compris, j’avais le profil.

Lire la suite

Namibie (2ème partie)

Je quitte après trois jours le lodge luxueux où j’ai été gentiment invité. Je suis reposé et mes sacoches sont pleines de nourriture. Je pars à présent dans le désert où le prochain supermarché se trouve à 15 jours. Mon stock se résume au plus compact possible : riz, spaghetti, bouillon cube, oignons, ails, porridge, boîtes de conserve, biscuits et beurre de cacahuète. Pas très glamour, mais ça me nourrira sans prendre trop de place.
En ce qui concerne l’eau, c’est physiquement impossible pour moi de transporter une telle quantité qui me permettra de traverser le désert en autonomie. Un litre d’eau représente un kilo, s’il fait chaud je peux en consommer facile 10 litres par jour, plus celle utilisée pour cuisiner, la douche on oublie. Sur le chemin il y aura peu de ravitaillement. Ainsi, je compte sur la générosité des touristes en 4×4. Ils fréquentent beaucoup la Namibie en cette saison.

Lire la suite

Namibie (1ère partie)

Le samedi 27 février 2016, je traverse le Zambèze, frontière naturelle entre la Zambie et la Namibie.
On m’avait prévenu, l’Afrique avec un grand “A” était fini pour moi. La ville de Katima Mulilo n’est pas très évoluée, mais déjà je peux voir la différence. Le charme des supérettes est remplacé par les façades franchisées sud-africaines : Pick’n Pay, PEP, FNB …
L’influence des colonies allemandes se reconnaît dans l’organisation des rues et dans l’architecture.

Lire la suite